100%
Recherche

Le cancer est extrêmement complexe puisqu'il ne s'agit pas d’une seule maladie mais de plusieurs : il existe plus de 200 différents types de cancer. Le cancer est rapide et difficile à cerner, comme une cible en mouvement. Il peut évoluer rapidement ce qui rend difficile à traiter.

Grâce à la recherche, nous avons réalisé des progrès remarquables au fil des ans. Certains types de cancer qui démontraient des espérances de vie très basses, ont maintenant des taux de survie à cinq ans dépassant 70, 80 et même 90%. Et les avancées se poursuivent.

Toutefois, le cancer demeure la première cause de mortalité au pays. Et notre meilleure arme pour renverser cette tendance est la recherche. C’est pourquoi, nous y sommes dédié à 100 % car nous croyons que c'est le meilleur moyen pour déjouer le cancer.

node

Nous aidons les chercheurs des principaux instituts de recherche au pays qui ont pour objectif de déjouer le cancer. Comment pouvons-nous déjouer la maladie ? Par des diagnostics plus rapides et efficaces, des traitements améliorés et une meilleure compréhension des moyens pour prévenir le cancer.

Causes & prévention

Le cancer est une maladie complexe. Il est important de comprendre comment le cancer se développe afin de mieux concevoir comment le prévenir, le contrôler et le guérir.

L'approche la plus efficace pour réduire les risques de développer la maladie passe par la prévention, mais ce domaine de recherche reste sous-financé dans son ensemble. Depuis près de 30 ans, la Société de recherche sur le cancer finance des projets de recherche qui explorent les causes environnementales du cancer.

En 1988, la Division de l'épidémiologie de la Société de recherche sur le cancer a été créée à l'Université McGill. Son directeur Eduardo Franco y travaille avec acharnement afin d'étudier les causes du cancer, principalement en ce qui a trait aux cancers associés au virus du papillome humain (VPH). Le travail réalisé au sein de la Division a contribué à démontrer l’efficacité de la vaccination pour prévenir le cancer du col de l'utérus. Ces recherches ont aidé à développer le vaccin que nous connaissons aujourd’hui contribuant ainsi à prévenir les infections au VPH et de diminuer le nombre de cas de cancer dans le monde entier.

Détection

Le cancer se propage rapidement. Le dépistage précoce est donc critique afin d’améliorer le sort des patients. Mais pour détecter le cancer plus tôt, nous devons améliorer les outils et tests de diagnostic.

À l'heure actuelle, nous avons recours aux biopsies pour détecter le cancer. Mais s’il existait une meilleure façon, comme un test sanguin par exemple? C'est le genre de recherche innovante que nous finançons actuellement au Atlantic Cancer Research Institute à Moncton N.B. Le Dr Rodney Ouellette a développé une technologie de biopsie liquide comme alternative plus rapide, plus précise et moins invasive à une biopsie traditionnelle.

Traitements

Des progrès importants ont été réalisés au cours des dernières années qui ont mené au développement de nouveaux traitements, notamment concernant les thérapies ciblées ou personnalisées. Bien que les traitements comme la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie demeurent, les chercheurs ont trouvé des moyens moins invasifs et plus efficaces pour traiter le cancer. Nous finançons présentement des innovations prometteuses en matière d'immunothérapie. Par exemple, Robin Parks à l'Institut de recherche de l'hôpital d'Ottawa utilise des virus pour attaquer des cellules cancéreuses. Il explore comment les « bons » virus peuvent être déclenchés pour tuer les cellules cancéreuses comme option thérapeutique.