Tous les jours dans les laboratoires du Canada, les chercheurs travaillent avec acharnement afin de réaliser des progrès contre cette maladie dévastatrice qu’est le cancer. Alors qu'ils consacrent leur carrière à ce combat, nous nous engageons à les aider avec des moyens financiers pour leur permettre de se concentrer sur leur prochaine découverte.

 

Découvrez les portraits de certains chercheurs ci-dessous, ou retrouvez dans notre base de données tous les chercheurs financés depuis 2012. Cette base de données est mise gracieusement à notre disposition par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Portraits de chercheurs

« Contrairement aux autres maladies, le cancer est causé par des combinaisons de mutations génétiques. Par conséquent, le défi est de taille. La chimiothérapie et la radiothérapie sont actuellement considérées comme les meilleurs traitements , mais les radiations et les produits chimiques causent des dommages aux tissus normaux. Il y a des histoires à succès de thérapies ciblées avec des inhibiteurs et des cibles spécifiquement identifiées.

 

Il est donc extrêmement important de développer ces nouvelles stratégies thérapeutiques et notre laboratoire se concentre sur le développement de celles-ci en appliquant une notion biologique nommée létalité synthétique. Ces recherches sont d’une pertinence thérapeutique considérable, puisque les traitements du futur seront fort probablement ciblés et personnalisés selon le génome du patient et son type de cancer.

 

Le financement de la Société de recherche sur le cancer nous aide grandement à avancer vers cette médecine personnalisée. »

« La première subvention que j’ai reçue provenait de la Société de recherche sur le cancer. Depuis 2003, la Société m’a octroyé cinq subventions. C’est grâce à cette aide que j’ai pu bâtir mon équipe de chercheurs.

 

Nos recherches sur la leucémie myéloïde chronique ont porté leurs fruits. Nous pouvons maintenant déceler plus rapidement si un patient répondra favorablement au traitement usuel ou si nous devons procéder plus rapidement à une greffe de cellules souches, par exemple. Sans compter que nos recherches permettent d’améliorer les traitements pour que ceux-ci détruisent seulement les cellules cancéreuses et non les cellules en santé. Le taux de survie de ce cancer est passé de 50 % à plus de 90 % en quelques années seulement, grâce aux nouveaux traitements et à la recherche. Poursuivons nos efforts, pour sauver davantage de vies. »

« Il est essentiel de trouver les propriétés uniques d’une cellule cancéreuse pour comprendre ce qui la distingue d'une cellule saine et ainsi développer des thérapies qui sont efficaces et à faibles effets secondaires.

Par le biais des fonds reçus par la Société de recherche sur le cancer, mon équipe et moi avons pu révéler certaines des propriétés responsables de l'une des formes les plus agressives de cancer du cerveau: le glioblastome multiforme. Le mécanisme que nous avons résolu nous permettrait de développer de nouveaux traitements. Ce financement nous a également permis de développer deux plates-formes innovantes de dépistage de médicaments nous permettant de tester les effets secondaires à partir d’échantillons réels de patients. »

« La propagation des cellules cancéreuses est la caractéristique la plus menaçante du cancer. Si un cancer est détecté avant la propagation métastatique, il peut habituellement être guéri par une intervention chirurgicale. Cependant, s’il a eu le temps de se propager, des traitements agressifs comme la chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées afin de tenter d’anéantir la maladie métastatique. Mais cela échoue souvent.

 

Si nous parvenons à mieux comprendre les mécanismes utilisés par les cellules cancéreuses pour se propager, nous pourrions bloquer ce comportement métastatique souvent fatal. Notre équipe a validé le rôle de la protéine Arpin dans la promotion du comportement métastatique des cellules cancéreuses du sein. Arpin représente ainsi une nouvelle cible thérapeutique intéressante. Car si nous réussissons à bloquer son fonctionnement, on pourrait par le fait même empêcher la propagation métastatique des cellules cancéreuses.

 

Sans le financement de la Société de recherche sur le cancer, nous n'aurions pas pu poursuivre cette nouvelle recherche passionnante. Ce sont les efforts infatigables du personnel dévoué de la Société qui ont rendu ces découvertes possibles. Mes stagiaires, mon personnel et moi sommes sincèrement reconnaissants de l'opportunité qui nous est offerte, et nous promettons de continuer à travailler très fort pour faire avancer nos travaux. »

« Nous savons que notre diète peut jouer un rôle majeur dans la formation du cancer. En particulier, les régimes riches en matières grasses peuvent accélérer la croissance de plusieurs types de cancer, y compris celui du sein et du côlon. Notre laboratoire vise à étudier les liens entre le métabolisme des graisses et la progression du cancer.

 

La recherche soutenue par notre subvention de la Société de recherche sur le cancer peut ouvrir de nouvelles avenues pour tester de nouveaux médicaments anticancéreux qui n'ont jamais été considérés auparavant. La Société de recherche sur le cancer est un organisme de financement hautement unique qui accorde une forte priorité au financement de la recherche sur le cancer. La recherche est essentielle afin que nous puissions mieux comprendre le cancer, et ultimement vaincre la maladie. »