Travailler en partenariat

pour accélérer la recherche

La Société finance plusieurs projets d'envergure à travers le pays, dont:

  • Le cancer chez les enfants et les séquelles tardives des traitements
  • La Biobanque PROCURE/ Société de recherche sur le cancer
  • L’initiative « Personnalisez Mon Traitement » d’Innovation Exactis

Également, la Société finance des projets de recherche qui explorent les causes environnementales du cancer. En plus d’accorder des subventions, la Société a contribué à trois initiatives stratégiques majeures pour étudier les liens entre l’environnement et le cancer.

Le cancer chez les enfants et les séquelles tardives des traitements

Grâce à la recherche, de plus en plus d'enfants survivent aujourd’hui au cancer. Cependant, une grande proportion d'entre eux éprouvent de graves effets secondaires plus tard dans leur vie.

La Société de recherche sur le cancer, en partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada et cinq autres organisations, a contribué au financement de 3 millions de dollars à l'étude PETALE, menée par Daniel Sinnett au CHU Ste-Justine à Montréal. L’objectif est de prévenir les effets tardifs des traitements de la leucémie aigüe lymphoblastique, le cancer le plus fréquent chez les enfants. L'étude a démontré que les survivants de ce cancer infantile souffrent de problèmes de santé à long terme qui sont habituellement associés aux populations plus âgées, ce qui suggère que les traitements anti-cancer reçus en bas âge pourraient déclencher un phénomène ressemblant fortement à un vieillissement prématuré.

L'équipe cherche actuellement à déterminer comment le bagage génétique des enfants survivants influence les séquelles tardives dues aux traitements reçus.

 

La Biobanque PROCURE/ Société de recherche sur le cancer

La Société de recherche sur le cancer, en partenariat avec PROCURE et de généreux donateurs, a contribué 4,5 millions de dollars pour financer une banque de tissus de plus de 2 000 patients atteints de cancer de la prostate. Cette biobanque servira à identifier des marqueurs génétiques et biomoléculaires liés à l'agressivité et à la récurrence du cancer de la prostate et permettra d’explorer de nouvelles voies de traitement.

 

L’initiative « Personnalisez Mon Traitement » d’Innovation Exactis

Pour accélérer et construire un réseau pancanadien de médecine personnalisée, la Société de recherche sur le cancer et ses partenaires, Merck Canada et la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick, ont octroyé un montant de 4 millions de dollars pour financer l'initiative « Personnaliser mon traitement » d'Exactis. Ceci accélérera le développement et la validation de ces nouveaux traitements, en plus d’améliorer l’accès aux essais cliniques à travers le pays.

Depuis plus de 20 ans, la Société de recherche sur le cancer finance des projets de recherche qui explorent les causes environnementales du cancer. Ce domaine de recherche a permis d'identifier plusieurs éléments de notre environnement qui augmentent le risque de développer un cancer.

 

La Division d'épidémiologie de la Société de recherche sur le cancer au Département d'oncologie de l'Université McGill

En 1988, la Société a versé 1 million de dollars à l'Université McGill pour la création de la Division de l'épidémiologie de la Société de recherche sur le cancer au Département d'oncologie de l'Université McGill. Depuis 20 ans, la Division, dirigée par Eduardo Franco, a été très active avec la publication de plus de 400 articles scientifiques.

Le principal objectif de la Division est d'étudier les causes et les facteurs de pronostic du cancer, principalement en ce qui a trait aux cancers associés au virus du papillome humain (VPH). Cette recherche a contribué à démontrer que la vaccination contre le VPH est un moyen efficace de prévenir le cancer du col de l'utérus

 

La Chaire de recherche Environnement-Cancer Guzzo / Société de recherche sur le cancer : trouver les causes du cancer

Fondée en 2007, la Chaire de recherche Environnement-Cancer Guzzo / Société de recherche sur le cancer de l'Université de Montréal a pour but d'expliquer les causes du cancer en étudiant les facteurs de risque associés au mode de vie, au milieu de travail et à l'environnement.

 

Le Groupe de recherche et de prévention en environnement-cancer

Le programme du Groupe de recherche et de prévention en environnement-cancer (GRePEC) a été mis sur pied en collaboration avec le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec. Au total, 12 millions de dollars ont été attribués à trois projets d’envergure et à la création de deux postes de chercheurs en épidémiologie du cancer.

Les trois projets subventionnés ont pour thèmes :

  • La prévention du cancer de la prostate
  • Les expositions en milieu de travail et le développement des cancers du poumon, du cerveau et des ovaires
  • Les liens entre le mode de vie et les biomarqueurs du cancer de la prostate