Une nouvelle combinaison thérapeutique prometteuse contre le cancer de l’ovaire

Une nouvelle étude, publiée dans la revue scientifique de renommée internationale « Clinical Cancer Research », envoie une bouffée d’espoir aux femmes souffrant du cancer de l’ovaire. Depuis les dernières décennies, il y a eu peu d’avancées pour ce type de cancer qui ne laisse que 44 % de chances de survie après cinq ans.

Les travaux de recherche ayant mené à cette avancée scientifique ont été réalisés par le laboratoire du Dr Jim Petrik de l’Université de Guelph en Ontario. Ils ont été subventionnés en grande partie par la Société de recherche sur le cancer, qui a également octroyé une bourse à une stagiaire de recherche qui a elle aussi contribué à cette récente publication.

Les traitements

Les traitements contre le cancer de l’ovaire cherchent habituellement à détruire les vaisseaux sanguins qui alimentent les tumeurs afin de les affaiblir. Cette approche n’a pas le succès escompté puisque, très souvent, la destruction des vaisseaux sanguins rend les tumeurs plus agressives.

L’étude du Dr Petrik a démontré que, contrairement à ce qu’on aurait pu croire, une meilleure vascularisation de la tumeur permet de la détruire plus facilement. Le nouveau procédé, qui élimine seulement les vaisseaux sanguins défectueux, rend la tumeur plus petite et moins agressive en plus de favoriser le développement d’un système vasculaire efficace qui permettra aux traitements de mieux atteindre les cellules cancéreuses. L’équipe de recherche a ensuite combiné cette approche avec un traitement à base de virus oncolytiques. Il en a résulté une capacité accrue des virus à atteindre et attaquer les cellules cancéreuses.

Cette combinaison de traitements a permis une régression des tumeurs au stade avancé, et surtout, elle a permis d’éradiquer la propagation de cellules cancéreuses vers d’autres organes. Ce phénomène, dit métastatique, est la réelle origine des décès liés au cancer de l’ovaire.

La Société de recherche sur le cancer félicite l’équipe du Dr Petrik pour ce travail exceptionnel qui a le potentiel d’améliorer les chances de survie des patientes.