Nouvel espoir à l’horizon pour des milliers d’enfants

Les leucémies sont les cancers les plus diagnostiqués chez les enfants de 0 à 14 ans et elles représentent environ 32 % des cancers pédiatriques au Canada. Dans près de 80% des leucémies, on note une dérégulation du gène MYC, un gène qui stimule la prolifération incontrôlée de cellules et favorise le développement du cancer. Il n’existe actuellement aucun traitement efficace qui soit approuvé pour cibler ce genre d’altération dans les leucémies.

Dans une étude publiée en 2019 dans le Journal of Experimental and Clinical Research, l’équipe du chercheur Dr Noël Raynal, a démontré que la proscillaridine A, un médicament connu et utilisé pour traiter l’insuffisance cardiaque, pourrait être bénéfique pour traiter la leucémie. L’équipe de recherche a démontré que lorsque les cellules souches leucémiques sont traitées avec de la proscillaridine A, la protéine MYC est dégradée, et leur capacité de proliférer et de propager la leucémie disparaît. Les travaux de Noël Raynal ouvrent donc une avenue prometteuse pour l’élaboration de thérapies permettant de bloquer l’action du gène MYC.

La Société de recherche sur le cancer est fière de soutenir ces travaux porteurs d’espoir pour des milliers de jeunes canadiens. En effet, Noël Raynal figure parmi les cinq récipiendaires d’une subvention UpCycle en 2018. Unique au Canada, ce nouveau programme de repositionnement de médicaments de la Société de recherche sur le cancer a remis ½ million de dollars en subventions de recherche en 2018, dont 100 000 $ au Dr Raynal pour ce projet.

« Chaque cancer est unique et, pour augmenter les chances de survie, la médecine de précision est une voie d’avenir à privilégier par la mise au point de stratégies thérapeutiques spécifiques aux patients, indique le professeur Noël Raynal, chercheur au CHU Sainte-Justine et professeur à l’Université à Montréal. La recherche sur le repositionnement de médicaments ouvre une nouvelle voie vers des options thérapeutiques innovantes dans le domaine du cancer. »

Au cours des dernières décennies, le taux de survie des jeunes patients atteints d’une leucémie s’est grandement amélioré. Toutefois, certains patients restent réfractaires aux thérapies actuelles et les deux tiers des patients souffrent des effets secondaires importants à long terme liés à la toxicité des traitements .

« À moyen terme, nous espérons achever la caractérisation préclinique de ce médicament pour enclencher des essais cliniques. Notre objectif final est d’élaborer des stratégies thérapeutiques plus spécifiques et moins toxiques pour les enfants atteints d’une leucémie caractérisée par le gène MYC afin d’améliorer leur taux de survie et leur qualité de vie », mentionne Élodie M. Da Costa, étudiante au doctorat à l’Université de Montréal et première auteure de l’étude.
Au nom de tous ses donateurs, la Société de recherche sur le cancer félicite chaque membre de l’équipe de recherche et leur souhaite du succès pour la suite de ces travaux prometteurs.

En savoir plus sur UpCycle et le repositionnement des médicaments :

Aidez-nous à financer d'autres recherches prometteuses